L'ÉDITO | Rouvrir prudemment les lieux de culture



De tout temps, Paris a été une ville d’art, de culture et de patrimoine. Mais depuis maintenant 115 jours, musées, cinémas, théâtres, salles de spectacles et opéras sont à nouveau clos, sans discontinuité et sans perspective de réouverture.


Pendant ce temps, à Rome, à Madrid ou à Bruxelles, les lieux culturels soufflent un nouvel espoir. Pendant ce temps, à Paris, lieux de culte, magasins, transports en commun et galeries d’art accueillent fidèles, clients, usagers et amateurs d'œuvres artistiques.


Sans ses lieux et ses acteurs de la culture, Paris est comme privé de son âme et de son esprit.


Ne nous trompons pas d’exception culturelle. N’ajoutons pas la crise de la culture à la culture de la crise qui prévaut depuis bientôt un an. N’asséchons pas notre réservoir commun.


Nous pensons que le temps est venu d’expérimenter la réouverture prudente et progressive des lieux de culture, avec un nouveau protocole sanitaire ad hoc et strict (jauges, rendez-vous horodatés, etc.), en commençant - s’il le faut - par les établissements recevant du public circulant et, à l’inverse, par les festivals assis.


Les symboles comptent. Le moral aussi. Ce “printemps de la culture” pourrait fleurir le 17 mars, de sorte que nous n’ayons pas à subir l’anniversaire du confinement dans un tel état de misère culturelle.


Le triptyque stratégique “tester, alerter, protéger” est désormais bien connu. Les acteurs culturels ont régulièrement alerté. Reste maintenant à tester et protéger la culture.


Jean-François LEGARET, Président

Catherine DUMAS, Présidente d'honneur

6 vues0 commentaire